Ado et jeux vidéo: conseil aux parents

A la suite du dernier billet "Mon ado est-il accro à Internet?", je voudrais relayer ici quelques conseils que donne le psychiatre et psychanalyste Serge TISSERON aux parents. Ses conseils concernent les jeux vidéo en général et s'appliquent très bien au cas d'Internet et des jeux en ligne.

Dans un article intitulé "Les dangers des jeux vidéo: diagnostic et conduite à tenir", Serge TISSERON conseille 2 attitudes complémentaires aux parents: CADRER et ACCOMPAGNER

 

CADRER, c'est-à-dire poser des limites, par exemple:

  • limiter le temps que l'enfant passe devant les écrans, en déterminant le volume horaire acceptable en fonction de son âge;
  • couper l'accès à Internet après une certaine heure (par exemple après 23 heures);
  • faire respecter la signalétique qui attribue une tranche d'âge à chaque jeu.

 

Si "cadrer" est nécessaire, cela ne suffit pas. En effet, la mission des parents suppose également d'ACCOMPAGNER, c'est-à-dire de s'intéresser aux jeux de leur enfant (et donc de prendre le temps de rechercher un peu d'information sur ceux-ci), et de nouer un dialogue avec lui à leur propos.

 

Enfin, Serge TISSERON recommande aux parents d'inciter leurs enfants à se tourner vers les jeux qui favorisent la réflexion, les émotions "complexes" (par exemple, les jeux qui supposent de faire preuve d'empathie, c'est-à-dire de capacité à comprendre les émotions des autres personnages) et la "narration (le fait que le jeu soit construit autour d'une "vraie" histoire, chargée de sens) plutôt que vers ceux qui reposent sur les "interactions sensorimotrices", c'est-à-dire sur les sensations fortes, le stress et les réponses stéréotypées. Schématiquement, on pourrait dire qu'il est préférable de choisir des jeux de stratégie, de réflexion ou des jeux de rôle plutôt que des "shoot them up" où le but est de "tirer sur tout ce qui bouge".

 

 

 

POUR CEUX QUI VOUDRAIENT EN SAVOIR PLUS: Serge TISSERON a écrit un livre intitulé: "Faut il avoir peur des jeux vidéo?", paru en 2008 aux éditions Albin Michel, dans la collection "Questions de parents".

 

L'article de Serge TISSERON auquel je me réfère dans ce billet peut se trouver dans les Archives de pédiatrie, volume 16 (2009), pages 73 à 79.