Mon ado est-il accro à Internet?

Les notions d'addiction  à Internet, de cyberaddiction ou d'usage problématique d'Internet font débat dans le milieu des psys. Ce billet (le premier d'une série de plusieurs) voudrait poser quelques jalons, donner quelques pistes de réflexion pour essayer de se repérer dans cette question. Il voudrait aussi aider les parents qui s'inquiètent en voyant leur adolescent "scotché" à l'écran.

Tout d'abord, n'allons pas trop vite. En effet, s'il ne faut pas banaliser certains comportements problématiques liés à Internet, il ne faut pas non plus "pathologiser" ou "diaboliser" tout usage d'Internet. Alors, quand s'inquiéter? Comment savoir si "mon ado est accro à Internet"? S'il est nécessaire de consulter un professionnel?

 

L'exemple de trois adolescents, Bastien, Léo et Marvin, va nous aider à réfléchir:

"Bastien passe tout son temps libre face à l'écran. Il apprend à programmer et "surfe" sur les forums pour trouver des solutions techniques aux problèmes de programmation qu'il rencontre ou pour échanger des "trucs" avec d'autres internautes. Il est déjà capable de concevoir des sites, qu'il est fier de partager avec ses copains ou de montrer à ses parents. Arrivés à ses dernières années de lycée, il songe à entrer dans une école d'ingénieur spécialisée en informatique.

Léo adore Internet. Il est capable de passer des heures à jouer en ligne, à incarner un paladin lancé dans une quête fantastique ou un tireur d'élite en intervention contre un commando de terroristes. Il s' "éclate" vraiment et a hâte de raconter ses exploit le lendemain matin, au collège. Quand il est pris dans sa partie, pas question que sa mère l'interrompe et lui demande de mettre la table ou de réviser sa leçon d'anglais. Il arrive donc que ça "chauffe" entre eux! Par contre, s'il a terminé sa "mission", il est toujours partant pour une bonne partie de foot avec les copains.

Marvin, qui habite la même rue que Léo, ne vit que par Internet. Lui aussi est un adepte des jeux de rôle en ligne. Il y retrouve Léo sous la forme de son "avatar" (le personnage qu'il incarne dans le jeu), sans savoir qu'il s'agit de son voisin, qu'il n'a en fait jamais rencontré dans la "vie réelle"... comme d'ailleurs toutes ses "connaissances". De fait, ayant abandonné ses études à la fac de Lettres et son club de natation, Kévin n'est plus en relation qu'avec des Internautes, dans les univers virtuels où il évolue la nuit durant... dormant toute la journée suivante. A 21 ans, Kévin ne sait trop que faire de sa vie."

Vous voyez que si ces trois adolescents passent tous beaucoup de temps avec l'ordinateur, leurs situations sont malgré tout très différentes, et seul Marvin est réellement dépendant à Internet et aurait tout intérêt à demander l'aide d'un professionnel.

 

Si vous vous demandez si votre "ado est accro à Internet", il convient de prendre en compte non seulement le nombre d'heures dépensées face à l'écran, mais aussi et surtout son comportement. Voici quelques questions à se poser:

  • l'usage d'Internet se fait-il au détriment des besoins vitaux "de base"? (par exemple: réduction du temps de sommeil, repas sautés pour continuer à jouer, etc.)
  • mon ado continue-t-il d'investir ses autres activités (scolarité, sport, vie de famille, sorties avec les copains, etc.) ou se focalise-t-il exclusivement sur Internet?
  • entretient-il les relations avec ses copains ou s'isole-t-il?
  • comment réagit-il lorsque l'ordinateur n'est pas accessible? Colère, agressivité, déprime, etc.
  • peut-il mentir pour cacher son usage d'Internet ou le temps passé face à l'écran?
  • a-t-il besoin d'en avoir "toujours plus"? Plus de temps sur Internet, un matériel toujours plus performant, encore plus de nouvelles applications?

Si, à partir de ces questions, vous avez le sentiment que votre adolescent est vraiment dépendant à Internet, il peut être indiqué de consulter un psy... ou au moins de réagir! Des billets, à venir, dans ce "Carnet du psy", aborderons ce qu'il est possible de mettre en place...

 

Au fait, ce billet s'intutile "Mon ado est-il accro à Internet?" mais vous pouvez éventuellement le transposer à vous-même et vous poser la question: "Suis-je accro à Internet?"...