L'Intégration du Cycle de la Vie (Lifespan Integration)

L'ICV: une nouvelle psychothérapie

L'Intégration du Cycle de la Vie (ICV) s'inscrit dans la vague des nouvelles psychothérapies, de ces deux dernières décennies, avec deux caractéristiques marquantes :

  • le ressort thérapeutique ne réside pas dans l'effort de compréhension et d'analyse intellectuelle des problèmes par le patient, mais dans la mise en œuvre de ressources propres de l'esprit humain, qu'il s'agit de stimuler.
  • le travail thérapeutique ne repose plus seulement sur la parole et la pensée, mais prend bien mieux en compte la totalité de l'expérience : les émotions, les sensations, les ressentis corporels.

Les principes de ces psychothérapies rejoignent les découvertes des neurosciences.

Essayons à présent de dire, de manière simplifiée et rapide, ce que sont ces découvertes des neurosciences.

 

 

Bases neuroscientifiques de l'ICV

Une des découvertes récentes les plus importantes en neurosciences est la plasticité cérébrale, c'est-à-dire la capacité du cerveau à créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et les connexions de ces neurones. Le cerveau apparaît ainsi comme un système dynamique, en perpétuelle reconfiguration.

On a pu penser, autrefois, que cette plasticité cérébrale ne jouait que durant la croissance de l'individu, que le cerveau s'organisait et se ré-organisait pendant le développement de l'embryon, du fœtus et durant l'enfance, mais qu'une fois adulte, l'essentiel de son organisation restait immuable et figée.

On a pu aussi observer cette plasticité cérébrale chez des individus, surtout chez les enfants, quand le cerveau se réorganise suite à une lésion, réduisant significativement les séquelles.

Mais les travaux en neurosciences montrent que la plasticité cérébrale ne se limite ni à la période de la petite-enfance et de l'enfance, ni à un mécanisme d'adaptation du cerveau après une lésion, mais que tous les apprentissages chez l'enfant et chez l'adulte, amènent des réorganisations cérébrales, et que le cerveau est un système dynamique en constante reconfiguration.

Voyons, dans la partie suivante, comment cette découverte des neurosciences se traduit dans le champ de la psychologie et éclaire ce qu'est l'Intégration du Cycle de la Vie.

 

Principes de l'ICV

Pour bien prendre en compte que la personne ne se limite pas à la pensée, à la parole, autrement dit à l'esprit ou au cerveau, et vraiment considérer son expérience émotionnelle, son vécu des sensations, ses ressentis corporels, nous parlons de système corps-esprit.

 

Transposant dans le domaine de la psychologie les découvertes des neurosciences sur la plasticité cérébrale et sur le cerveau comme système dynamique en constante reconfiguration, nous disons que le système corps-esprit humain est un système auto-organisateur complexe. Tout au long de la vie, ce système auto-organisateur ne cesse d'intégrer les expériences vécues et de se réorganiser en fonction de celles-ci et en fonction des nouveaux apprentissages.

Nous pouvons même dire que le système corps-esprit a un élan naturel vers l'intégration et que le développement du petit-enfant, de l'enfant et de l'adolescent est un vaste travail d'intégration et d'unification de la personnalité : intégrer ses ressentis corporels, ses éprouvés émotionnels, les lier à ses cognitions; unifier la perception de soi, de son corps, et la lier à la perception de l'environnement; réaliser des synthèses entre les nouveaux apprentissages et les stratégies d'adaptation antérieures, toute nouvelle étape du développement cognitif et psycho-affectif ne recouvrant pas les précédentes, mais les intégrant, les ré-organisant et les dépassant, etc.

 

Ce vaste chantier d'intégration, toujours en cours et jamais achevé, permet à l'individu de se sentir comme une personne une et unifiée, et soutient le sentiment de son identité.

Cette intégration permet de faire des liens entre son présent et son passé, sans que celui-ci ne parasite ou n'envahisse l'autre. Il donne la possibilité de profiter de ses expériences et apprentissages passés, pour faire face à ce qui arrive dans le présent. L'individu peut ainsi puiser dans son histoire passée, tout en restant bien ancré dans l'ici-et-maintenant.

Cette intégration contribue aussi à la consistance, à la stabilité et à la cohérence de la personnalité. Elle permet de bien gérer ses émotions, ce qu'on appelle la régulation émotionnelle.

Ce travail d'intégration du système corps-esprit est également à la base du sentiment de sécurité intérieure qui permet à la personne de se sentir à l'aise dans son rapport aux autres, de trouver sa place dans la vie sociale, de développer des relations gratifiantes et d'entrer sereinement dans des rapports d'intimité.

Cependant, le système corps-esprit peut se trouver en difficulté dans son travail d'intégration.

Le travail d'intégration peut se trouver ponctuellement en échec, face à une expérience si éprouvante ou choquante qu'il ne peut la « digérer »: accident, perte, décès, agression, etc. On parle alors de traumatisme et l'échec de l'intégration peut conduire à un Trouble de Stress Post-Traumatique, où l’événement qui n'a pu être « digéré » semble revenir constamment ou être encore présent.

Le travail d'intégration peut se trouver régulièrement en difficulté: c'est le cas, par exemple, d'un enfant se trouvant dans un environnement instable, insécurisant, maltraitant, où ses besoins affectifs fondamentaux ne sont pas suffisamment pris en compte. Des troubles anxieux, des troubles de l'attachement et/ou des troubles de la personnalité peuvent en résulter.

Dans ces conditions, une thérapie comme l'Intégration du Cycle de la Vie cherche à relancer le processus d'intégration du système corps-esprit du patient, dans un cadre rassurant et protecteur, dans une relation thérapeutique accordée, pour l'aider à « digérer » et intégrer les souvenirs et expériences qui n'ont pu l'être. Au fur et à mesure que la thérapie progresse, le patient gagne ainsi en consistance et cohérence, en stabilité émotionnelle, en sécurité intérieure, en aisance relationnelle.

 

Bref historique de l'ICV

L'Intégration du Cycle de la Vie ou Lifespan Integration® a été développée aux USA, à partir de 2002, par une psychologue et psychothérapeute américaine, Peggy PACE, à partir de son expérience clinique avec ses patients et à partir de son intérêt, depuis les années 90, pour l'articulation entre psychothérapie et neurosciences.

En effet, c'est d'abord la nécessité de s'adapter à la problématique et aux besoins spécifiques de certains patients qui amènent Peggy PACE, formée à des méthodes thérapeutiques comme les TCC et l'EMDR, à adapter sa manière de travailler et à construire des interventions thérapeutiques originales.

Elle cherche ensuite à comprendre le ressort et les principes de ses innovations thérapeutiques en s'appuyant sur des théories psychologiques (notamment le modèle de l'attachement) et sur les découvertes en neuroscience. Très rapidement, elle partage ses réflexions et ses recherches avec d'autres psychologues, de sorte que le développement de l'Intégration du Cycle de la Vie est porté, non par une personne unique ou isolée, mais par tout un réseau de thérapeutes. C'est un travail collaboratif, encore actuellement en cours, qui permet que cette nouvelle méthode de psychothérapie progresse, s'affine, évolue.

 

Concrètement...

Sans entrer dans les détails, voici quelques éléments simples et simplifiés pour entrevoir comment, concrètement, procède l'Intégration du Cylce de la Vie:

Le thérapeute accompagne d'abord le patient dans la construction d'une liste de souvenirs parcourant toute sa vie: la Ligne du Temps.

Puis, pour stimuler le travail d'intégration du système corps-esprit, le thérapeute lit de manière répétée cette Ligne du Temps, dans le cadre de protocoles précis, dans un contexte sécurisant, avec une qualité particulière de la relation thérapeutique. L'évocation des souvenirs active les réseaux de neurones qui les encodent dans la mémoire et la répétition, un grand nombre de fois, de l'activation successive de ces réseaux neuronaux favorise la création de connexions entre eux, selon un principe des neurosciences (la règle de Hebb) selon lequel "des neurones qui se déchargent ensemble, se lient ensemble".

Ainsi, au cours d'une même séance, et au fil des séances, une plus grande cohésion d'ensemble se construit entre les souvenirs; les émotions, parfois éprouvantes, liées à certains d'entre-eux s'apaisent; un regard nouveau apparaît sur les événements; certains, qui parasitaient le présent, sont enfin perçus comme "terminés" et appartenant au passé, etc.

 

Ces explications sont évidemment simplistes mais permettent d'avoir un bref aperçu de ce travail thérapeutique, qui se décline ensuite selon divers protocoles et s'adapte aux besoins singuliers de chaque patient.